Vaccin AstraZeneka et thromboses : 3 questions après l’avis de l’EMA

Il existe “un lien possible avec de très rares cas de caillots sanguins inhabituels avec des plaquettes sanguines basses”, a déclaré l’agence européenne du médicament (EMA) dans un communiqué, ce mercredi 7 avril, considérant toutefois que la balance bénéfices-risques reste “positive”. Aucun facteur de risque spécifique n’a toutefois été identifié, a déclaré la directrice de l’EMA, Emer Cooke. “Des facteurs de risque spécifiques tels que l’âge, le sexe ou les antécédents médicaux n’ont pas pu être confirmés car les événements rares sont observés à tous les âges”, a-t-elle expliqué.

“Le recours au vaccin pour les campagnes de vaccination doit également être analysé au regard de la situation pandémique et des autres vaccins dont disposent les pays”, a par ailleurs souligné l’EMA. Alors que les variants se propagent à grande vitesse et que les Européens manquent de doses pour vacciner, il n’est, pas question de se priver d’AstraZeneca, a encore jugé l’Agence. “Le Covid-19 fait des milliers de morts chaque jour en Europe”, a répété Emer Cooke.

Quelle est la positions des pays européens ? 

Mercredi 7 avril, à l’occasion d’une rencontre virtuelle des ministres de la santé des Vingt-Sept, Stella Kyriakides, la commissaire européenne à la santé, a plaidé pour “une approche coordonnée”. Mais preuve est de constater que les pays européens prennent des positions différentes. Le vaccin AstraZeneka est réservé aux plus de 55 ans en France, mais aux plus de 60 ans en Allemagne et aux plus de 65 ans en Suède et en Finlande. L’Italie et l’Espagne ont annoncé s’aligner sur l’Allemagne, tandis que la Belgique a opté pour la même limite d’âge que la France. Au Danemark et en Norvège, il reste suspendu. Le Royaume-Uni, qui jusqu’alors le défendait, est revenu aussi sur sa position, en limitant son usage aux plus de 30 ans, après le signalement de 19 décès. Autant dire que ce manque de coordination, ne fait qu’alimenter les doutes sur ce vaccin déjà décrié.

Quelle est la recommandation en France ? 

La HAS n’a pas pour l’heure modifié sa recommandation de restreindre le vaccin AstraZeneka aux plus de 55 ans. Une décision qu’elle avait prise le 19 mars dernier, suite au signalement de rares cas de thromboses “atypiques” (thromboses veineuses cérébrales et coagulation intravasculaire disséminée ou CIVD) ayant entrainé en France 9 décès, chez des personnes de moins de 55 ans et dans la quasi majorité des cas, des femmes. L’EMA avait estimé le sur-risque à 5 pour les CIVD et à 8 pour les thromboses cérébrales.

“Sur ces deux éléments de sur-risques et dans la mesure où cette prudence n’entrave pas la campagne de vaccination, nous préférons attendre des données plus précises pour les plus jeunes”, avait indiqué Dominique Le Guludec, la Présidente de la HAS.

En résumé, “compte tenu du déroulement de la campagne vaccinale, qui va concerner au cours des deux prochains mois les populations âgées et de l’existence d’alternatives pour les plus jeunes”, la HAS avait recommandé à ce stade “de n’utiliser le vaccin AstraZeneca que pour les personnes âgées de 55 ans et plus, qui constituent la très grande majorité des personnes prioritaires actuelles.”

Que faire si vous avez été vacciné par le vaccin AstraZeneka ?

Les personnes d’ores et déjà vaccinées avec le vaccin AstraZeneca sont invitées, comme pour toute vaccination, à consulter leur médecin en cas de symptômes signalant un effet indésirable du vaccin, indique l’Agence du médicament.

Selon Alain Fischer, “les événements observés l’ont tous été dans les dix jours qui ont suivi la vaccination. Donc on peut penser que pour ceux qui ont un délai supérieur, ils ne doivent pas s’inquiéter. Pour ceux qui ont été vaccinés très récemment, il faut juste être attentif : s’il se passe quelque chose d’anormal, consultez votre médecin, c’est du bon sens. Au-delà de ça, le nombre d’événements dont on parle est très faible, autour d’une dizaine de cas. C’est tout petit, mais c’est le caractère atypique qui justifie cette attention particulière. Par rapport au nombre de personnes vaccinées, il faut mettre les choses en proportion et ne pas s’inquiéter particulièrement.”

Que faire si vous avez déjà reçu une première dose ? Dans son avis du 19 mars, la HAS indiquait qu’elle donnerait “très prochainement” un avis, tout en rappelant qu’un intervalle de 12 semaines devait être respecté entre les deux doses, ce qui laisse encore un peu de temps (les premières vaccinations ont commencé le 6 février).

Lire aussi :

  • La campagne de vaccination en France : calendrier, personnes prioritaires…
  • Variants Covid-19 : anglais, sud-africain, brésilien… On fait le point
  • Le vaccin Johson&Johson autorisé en Europe
  • Vaccin anti-Covid : 6 idées reçues
  • Le vaccin anti-covid protège-t-il de la transmission du virus ?

The post Vaccin AstraZeneka et thromboses : 3 questions après l’avis de l’EMA first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu