Grossesse et médicaments : “c’est pas n’importe comment”

La prise de médicaments pendant la grossesse n’a rien d’anodin. L’Agence du médicament (ANSM) le rappelle à l’occasion du lancement d’une campagne d’information. Le message clé est simple : “Enceinte, les médicaments, c’est pas n’importe comment !”

Pour savoir quels médicaments sont autorisés ou comment gérer un traitement en cours, l’ANSM le rappelle : il faut être suivi par un médecin ou une sage-femme, qui sont là pour faire le point sur les traitements en cours. Seuls ces professionnels de santé peuvent orienter sur la prise de médicaments pendant la gestation.

Pas d’automédication

L’automédication est donc formellement déconseillée. L’ANSM revient sur quelques traitements particulièrement nocifs pour l’enfant à naître que sont : les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Si ce nom ne vous dit rien, il s’agit en fait de l’ibuprofène et de l’aspirine. Après le 5è mois de grossesse, ils sont proscrits.

Bien entendu, il est possible de prendre certains médicaments pendant sa grossesse. Certaines femmes doivent prendre un traitement tout le long de la gestation. Avant de le modifier ou de l’arrêter, il est essentiel de toujours consulter son médecin ou sa sage-femme. Pour simplifier les informations à ce sujet, l’ANSM a dédié un dossier thématique à retrouver sur www.medicamentsetgrossesse.fr

Source : “Enceinte, les médicaments, c’est pas n’importe comment !”, ANSM, 2 juin 2021.

Lire aussi :

Maux de l’hiver : la pharmacie de la femme enceinte
Narcolepsie : pas de modafinil pendant la grossesse

The post Grossesse et médicaments : “c’est pas n’importe comment” first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu