Tique : que faire après une piqûre ? comment l’enlever ?

A retenir :

Le retrait d’une tique doit être réalisé le plus rapidement possible. Si la tique est présente depuis plus de 24h, demander un avis médical.
Il est recommandé de retirer la tique mécaniquement avec un tire-tique, par rotation-traction de façon perpendiculaire à la peau.
Il faut désinfecter le site de piqûre après le retrait (et non pas avant car il existe un risque théorique de régurgitation de la tique).
En cas de piqûre, il faut surveiller la zone piquée pendant un mois. Si une plaque rouge et ronde (érythème migrant) s’étend en cercle à partir de la zone de piqûre, consultez un médecin rapidement.
SOMMAIRE :

Comment enlever une tique avec un tire-tique ? [VIDÉO]
Comment savoir si la tique est bien retirée ?
A quoi ressemble une piqûre de tique ?
Quand consulter ?
Comment se protéger des piqûres de tiques ?
Quelles sont les maladies transmises par les tiques ?
Où trouve-t-on des tiques en France ?

Comment enlever une tique avec un tire-tique ? [VIDÉO]

Le risque de contamination augmente avec la durée de fixation de la tique : en moins de 24h le risque est restreint mais après 72h, il devient maximum. Inutile de croire qu’un bon bain ou une douche va vous en débarrasser. Pour extraire la tique, il vaut mieux utiliser un crochet spécial, également appelé tire-tiques vendu en pharmacie, qui permet d’éviter de laisser le rostre de la tique dans la peau (le dard par lequel elle se nourrit de sang).

Avant tout, veillez à acheter en pharmacie un tire-tique que vous garderez dans votre trousse à pharmacie et/ou dans votre sac de randonnée.
Placez ce petit crochet sous la tique, contre la peau.
Tourner doucement dans le sens des aiguilles d’une montre, comme si vous dévissiez la tique. Ça marche aussi à la pince à épiler mais c’est moins facile.
Si on est gaucher et qu’on a tourné naturellement dans l’autre sens, pas de panique : ce n’est pas très important. L’essentiel, c’est de bien effectuer le mouvement de rotation pour décrocher la tique sans tirer.

Ce qu’il faut faire : après avoir retiré la tique, désinfectez la plaie et appliquez, éventuellement, une pommade apaisante. Lorsque la tique est retirée dans les heures qui suivent la piqûre, le risque de transmission de la maladie de Lyme est quasi nul. Ensuite, notez le jour auquel vous avez été mordu, et surveillez régulièrement la zone touchée, pendant quelques jours, et vérifiez qu’il n’apparaît pas de rougeur importante. Si c’est le cas, consultez un médecin sans attendre. Dès l’apparition des premiers symptômes – rougeurs cutanées (érythème migrant) pour la maladie de Lyme -, ou autres signes inhabituels (fièvre, courbatures…), il est impératif de consulter votre médecin.

A éviter ! Surtout, n’essayez pas d’étouffer la tique, à l’aide d’éther ou d’un autre produit, comme vous avez pu l’entendre parfois. “Cela favorise une régurgitation de salive et donc un risque accru de contamination si la tique est porteuse de bactéries ou autre agents infectieux”, explique le docteur Renaud Ferrier, enseignant en médecine générale à l’université de Nice. Evitez aussi d’approcher la flamme d’un briquet.

Comment savoir si la tique est bien retirée ?

Plus une tique reste fixée sur la peau, plus le risque de transmission de bactérie augmente. Mais ne vous précipitez-pas, il faut l’enlever doucement, en tournant.

Comment savoir si la tête est bien retirée ? Contrairement à l’idée reçue, ce n’est pas si grave de laisser une partie de la tête (on dit tête, mais il s’agit en fait du rostre donc du dard par lequel la tique se nourrit de sang) parce que les bactéries sont logées dans le corps de la tique donc à l’extérieur. Donc une fois que le corps est enlevé, les bactéries ne peuvent plus passer dans le rostre.

Néanmoins si la tique est restée longtemps (plus de 24h) et que vous avez du mal à l’enlever, surtout ne grattez pas et ne mettez pas de produit dessus. En cas de doute, le plus simple est de vous rendre chez le médecin voire aux urgences, afin qu’un professionnel de santé la retire complètement.

A quoi ressemble une piqûre de tique ?

La tique n’a ni yeux ni tête mais est pourvue d’un rostre, un dard qui pénètre la peau comme un harpon. En même temps que les substances anesthésiantes, la tique sécrète une sorte de colle qui l’aide à maintenir le dard à l’intérieur de la peau.

Quelle taille ? Quelle couleur ? La morsure de tique ne passe pas inaperçue, à condition de poser les yeux dessus ! En effet, elle est souvent localisée derrière les oreilles, au niveau des plis, etc. Elle n’est pas douloureuse. Pour reconnaître une morsure de tique, il faut donc bien chercher !

La tique (lorsqu’elle est à l’état de nymphe, ce qui est le plus fréquent) se présente sous la forme d’un petit point noir comme un grain de beauté. Au début vous pouvez voir la tique bouger. Et plus elle reste accrochée longtemps, plus la tique se gorge de sang et grossit. Elle se présente alors sous la forme d’une boule de couleur noirâtre/grisâtre en relief. Lorsqu’on passe le doigt, on sent la présence de la tique, “accrochée” dans la peau. Une tique mesure entre 1 et 3 mm mais elle peut enfler jusqu’à plusieurs centimètres de diamètre après s’être nourrie.

Des tiques géantes ? De nombreux médias français ont rapporté l’été 2019 que des tiques “géantes” -jusqu’à 2 cm – envahirait actuellement l’Europe, et notamment la France, sous l’effet du réchauffement climatique. En 2017, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies les avait identifié ans tous les départements jouxtant la Méditerranée, à l’exception des Alpes-Maritimes. Pour l’heure, rien ne confirme avec certitude qu’une propagation de cette espèce se produirait en Europe.

Tiques à pattes rayées : ce que l’on sait. Ces tiques ont été repérées dans le sud de la France en 2020, selon le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) de Montpellier (Hérault). Et le problème, c’est qu’il s’agit d’une espèce de tique particulièrement dangereuse : l’Hyalomma marginatum, aussi appelée tique à pattes rayées. Selon le Cirad, ces tiques sont présentes en Corse depuis plusieurs décennies, mais leur arrivée sur le continent est récente. Elle ne transmet pas la maladie de Lyme mais peut être vecteur de la fièvre hémorragique Crimée Congo, un virus grave mais qui heureusement n’a jamais été détecté en France.

Quand consulter ?

Si l’infection n’est pas détectée et traitée dans ses premiers stades, la bactérie passe dans le sang et se loge dans les articulations et les tissus nerveux, provoquant douleurs articulaires et névralgies. L’encéphale et les méninges peuvent être touchés, avec pour conséquence maux de tête et troubles de la concentration.

Une rougeur autour de la piqûre, il faut voir un médecin. Détectée à temps, la maladie se soigne très bien. “Le premier stade se caractérise par l’apparition de ce que l’on appelle un érythème migrant, une rougeur de plus de deux à trois centimètres de diamètre qui apparaît autour de la zone piquée dans les jours qui suivent”, explique le Pr Yves Hansmann. C’est à ce moment-là qu’il faut impérativement consulter.

Si le médecin confirme le diagnostic, il prescrira des antibiotiques, en comprimés pendant une quinzaine de jours. “Lorsqu’ils sont prescrits à ce stade, les antibiotiques ont une efficacité proche de 100 %. Ils permettent la disparition de l’érythème migrant et empêchent la bactérie de se propager”, précise Yves Hansmann. En revanche, la prise d’antibiotiques de façon préventive est à proscrire, sauf dans certaines circonstances, chez les femmes enceintes ou les nourrissons par exemple.

“Toute rougeur importante doit être prise en compte et le fait qu’elle disparaisse au bout de quelques jours fait partie de l’évolution normale de la maladie”, ajoute notre spécialiste. “Si une analyse de sang peut être demandée pour confirmer le diagnostic, celle-ci détecte non pas la présence de la bactérie mais celle d’anticorps sécrétés par l’organisme. Or, aux premiers jours de la maladie de Lyme, il est possible que le corps n’ait pas encore eu le temps d’en fabriquer”, précise le médecin.

Il faut donc se méfier des sérologies négatives (absence d’anticorps). En revanche, aux stades plus avancés, le diagnostic doit impérativement être confirmé par une sérologie. Si celle-ci est positive, le diagnostic est alors posé et l’antibiothérapie est toujours de mise. Le traitement peut s’accompagner de médicaments antidouleur pour atténuer les symptômes.

Comment se protéger des piqûres de tiques ?

Une équipe du CNRS a démontré en 2008 qu’en raison du réchauffement climatique les tiques sont de plus en plus nombreuses et s’attaquent davantage à l’homme. La piqûre d’une tique est indolore car la tique injecte des substances anesthésiantes dans la peau. Elle peut rester accrochée à son hôte et se gorger de sang pendant plusieurs jours…

Pour éviter les morsures, lors d’une promenade ou randonnée en forêt, voici quelques conseils de prévention :

Porter des chaussures fermées et des vêtements couvrants la totalité de votre corps et de couleur claire si possible (afin de mieux repérer les tiques sur la surface du tissu). Ne pas hésiter à rentrer votre pantalon dans vos chaussettes et à porter des chaussures fermées.
Porter un chapeau, surtout pour protéger les enfants, qui ont la tête à hauteur des herbes hautes et des buissons.
Enduire les parties non couvertes de la peau d’un produit répulsif contre les insectes.
En balade, rester sur les sentiers en prenant soin d’éviter les endroits susceptibles d’être habités par les tiques. Éviter de marcher au milieu des herbes hautes, des buissons et des branches basses.
Dans les parcs, évitez de vous allonger directement dans l’herbe ou à même le sol si vous faites un pique-nique. Utiliser un grand tissu clair.
Après toute exposition, contrôler minutieusement l’ensemble du corps pour vérifier qu’aucune tique n’y soit fixée et porter attention aux zones sensibles : paupières, derrière les oreilles, cuir chevelu, aisselles, plis, pubis, nombril. Même topo pour les enfants qu’il faut passer à la loupe de la tête aux pieds pour s’assurer qu’aucune tique ne soit restée accrochée.
Examiner régulièrement vos animaux de compagnie (chats et chiens), et éviter de dormir avec.
Tondre les pelouses régulièrement et se débarrasser des déchets végétaux permet de limiter la prolifération des tiques.
Surveillez aussi les animaux de compagnie, pensez à brosser les chiens au retour d’une balade. 

Quelles sont les maladies transmises par les tiques ?

Les tiques, en se nourrissant de sang, peuvent s’infecter et transmettre des bactéries ou des parasites, lorsqu’elles viennent se fixer plusieurs heures sur la peau. Dans la majorité des cas, l’agent infectieux en cause est la bactérie Borrelia burgdorferi sensu lato qui provoque la borréliose de Lyme, lorsque le système immunitaire ne s’en débarrasse pas de lui-même. Celle-ci peut prendre différentes formes : un érythème migrant sur la peau (tâche rouge indolore qui s’étend progressivement) dans 95% des cas, 3 à 30 jours après la piqûre ; des formes disséminées (dermatologiques, articulaires, cardiaques, ophtalmologiques, neurologiques) quelques semaines voire quelques mois après la piqûre.

La Haute autorité de santé (HAS) précise dans un document de référence publié en 2018 que “plus rarement”, la tique peut également transmettre :

d’autres bactéries, responsables de rickettioses, tularémie ou anaplasmose granulocytaire à traiter par antibiotiques (entre 7 à 14 jours selon la maladie),
des parasites, responsables de la babébiose, à traiter par une combinaison d’antibiotiques et d’antiparasitaires,
ou des virus provoquant la méningo-encéphalite, pour laquelle un vaccin préventif pour les personnes exposées est recommandé.

A savoir ! Dans la grande majorité des cas, surtout si on réagit rapidement, les piqures sont sans conséquences. Toutes les tiques ne sont pas porteuses d’agents pathogènes, et même quand elles le sont, toutes ne les transmettent pas. Et puis, il faut que la tique reste suffisamment longtemps pour qu’elle transmette ses bactéries, au moins 12h dans le cas de la maladie de Lyme. Au final, la probabilité des infecté par borelia à la suite d’une piqûre est d’environ 1%.

Après même si c’est rare, les tiques peuvent potentiellement transmettre des maladies graves (maladie de Lyme, encéphalite à tique…), c’est important de le savoir mais évidemment ne pas s’empêcher d’aller se promener en forêt. Il faut simplement être vigilant.

Où trouve-t-on des tiques en France ?

Où se trouvent les tiques ? Que ce soit dans les forêts de l’est ou les parcs parisiens, les tiques sont partout en France ! Où exactement ? Dans les forêts, les parcs, les jardins… En fait, dans tous les lieux où l’on trouve des herbes hautes et/ou des feuilles mortes. C’est pourquoi il est préférable de promener au centre des chemins et d’éviter de s’allonger directement sur le sol.

Ces insectes de la famille des acariens sont particulièrement actifs aux beaux jours, la “saison des tiques” s’étalant du printemps à l’automne.

En France, l’incidence de cette maladie semble en progression avec environ 50 000 cas estimés par le réseau sentinelles en 2016 (Fournier et al. 2018). En 2016, la Direction générale de la Santé (DGS) a publié un “Plan national contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques”. Objectifs : améliorer les connaissances sur les maladies transmissibles par les tiques afin de mettre en place des mesures de prévention, de lutte et de prise en charge des patients.

L’application”Signalement Tique” créee en 2017 en partenariat avec le ministère de la Santé et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation et du travail (Anses) est destinée à recueillir des données d’exposition aux piqûres de tiques. Cette application permet aux promeneurs de signaler les piqûres de tique et de recevoir des conseils en cas de piqûres. Grâce aux signalements reçus, des cartes de présence de tiques sont élaborées permettant ainsi la mise en place d’actions de prévention ciblées.

En 4 années, l’Inrae (Institut National de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement) a recensé 56 000 piqures de tique sur le territoire français, a reçu 35 000 tiques et en a analysé 2500, a-t-on appris par un communiqué ce 27 avril.

Premier constat : les régions les plus touchées sont le Grand Est, Bourgogne – Franche-Comté, Auvergne–Rhône Alpes et Nouvelle Aquitaine.

Deuxième constat : 15 % des tiques sont porteuses d’une bactérie qui transmet la maladie de Lyme, la “Borrelia burgdorferi sensu lato”.

Le site fleatickrisk propose des cartes permettent de visualiser le risque d’infestation par les tiques par ville dans toute l’Europe.

Sources :

Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses)
Recommandations de la Haute autorité de santé, “maladies transmissibles par les tiques”, juin 2018.
Interview Top Santé du Pr Yves Hansmann, chef du service des maladies infectieuses et tropicales des hôpitaux universitaires de Strasbourg (juin 2012).
Interview Top Santé de Jonas Durand, chercheur dans l’unité Interactions Arbres/Micro-organismes à INRAE (mai 2021).
Dossier d’information grand public “Tiques et maladie de Lyme”, sur le site de l’Inrae.

Lire aussi

Témoignage : je suis revenue de l’enfer de la maladie de Lyme
Moustique tigre : carte, photos, conseils

The post Tique : que faire après une piqûre ? comment l’enlever ? first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu